Le printemps 2019 a été celui du lien avec le Campus de la Transition, un projet pédagogique inspiré du Schumacher College, au Royaume-Uni, aspirant à offrir à des étudiants et professionnels de tous horizons une pédagogie “de la tête, du coeur, et des mains”, une expérience transformatrice permettant de trouver sa place pour un changement écologique et social.

Dans ce cadre, Nora et Maïté sont intervenues pour la formation “T-Camp”, formation résidentielle de deux mois à laquelle participait des étudiants en master et jeunes diplômés de grandes écoles, ingénieurs avant tout.

Elles ont co-animé, avec Michel Maxime-Egger, un après-midi et une journée d’atelier de “travail qui relie” selon la méthode de Joanna Macy, permettant aux étudiants de laisser résonner en eux les cours théoriques  sur l’”état du monde”, et sonder leur propre approche, leur étincelle, et leur prochain petit pas.

Maïté a ensuite accompagné les étudiants pour un voyage de découverte de projets Oasis et d’écovillages dans le pays basque espagnol et le sud-ouest français : d’Arterra à Lakabe, le village d’Emmaüs de Lescar-Pau, l’écovillage de Pourgues, l’éco-hameau de Verfeil, et enfin l’Eco-village TERA. Des collectifs et des lieux empreints d’identités différentes, qui partagent à leur manière un même objectif : développer ensemble un mode de vie en phase avec un monde plus souhaitable.

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *